C’était l’époque où tu utilisais des expressions giga-ringardes comme « j’y go d’agneau », « tu m’as cru patate crue », ou encore « t’inquiète basket, j’assure chaussure ! »

C’était aussi l’époque où c’était à donf la teuf quand tu allais chez le buraliste avec ton billet de 20 francs pour acheter : un morpion à gratter, des pogs et des cigarettes en chocolat. C’était l’époque bénie de la super nintendo, de la gameboy et de la sortie de la première playstation. Tu jouais à l’aise blaise, toute la journée à Sonic, Crash Bandicoot, Tekken ou même Tetris pendant que tu nourrissais ton Tamagotchi. Tu découpais bibliquement les paroles de tous les boys band dans Fan 2 mag pour les ranger dans un classeur trop top cool Raoul. C’était grave de la balle.

Si tu as l’impression de prendre un gros coup de vieux à la lecture de ces quelques lignes, ne t’en fais pas, les ados de 2019 font tout pour nous ressembler. Être un millennal semble finalement déjà ultra-tendance. Retour sur une époque qui influence fortement le monde d’aujourd’hui : les 90’s

Ah au fait, le savais-tu, cher trentenaire, que la génération Y ou Millennials, c’est de toi qu’il s’agit ? Et oui, ceux qui sont nés après 1998 sont considérés comme la génération Z, terme finalement assez peu répandu dans le marketing dont nous sommes encore la cible privilégiée… mais plus pour longtemps.

  • Get up get up, move your body
  • Do it faster, make us stronger

    Les Z, eux, ont toujours connu internet, mais ne savent rien des disquettes, des VHS, ou des walkmans. Les bébés de trois ans essayent de zoomer avec leurs doigts sur les photos développées, le terme « rembobiner » est incompréhensible pour tous les enfants de primaire, et les ados n’imaginent pas une vie sans snapchat.

    Pourtant, chaque application a son ancêtre, et les jeunes d’aujourd’hui profitent pleinement des nouvelles technologies, qui ont à l’époque répondu aux mêmes besoins de communication que nous avons aujourd’hui : 

    - Pour Instagram, nous avions les appareils photo jetables

    - Pour Facebook, nous avions MSN 

    - Pour Wikipedia, nous avions Encarta 

    - Pour les emails, nous avions les faX

  • Touche pas aux 90's
  • Du vintage oui, mais surtout du recyclable

    En 2019 on retrouve bien évidemment l’essor des 90’s dans la mode. Les plus jeunes d’entre nous consomment autant, mais mieux, et c’est un vrai défi pour les marques. Car si les millenials ont grandement participé à l’uniformisation des looks, les Z quant à eux, recherchent l’objet unique, éthique, durable. Quoi de mieux que la pièce vintage sortie d’une friperie pour rester dans un système de consommation cyclique, comme l’est la mode finalement. Acheter d’occasion, c’est donner une seconde vie à un vêtement, mais aussi raconter une histoire. Delphine Robert, directrice artistique du bureau de tendance Instinct, explique pour ELLE : « Les consommateurs cherchent du récit. Ils veulent quelque chose d'authentique, avec une véritable histoire à découvrir et ils ne trouvent pas cela dans les productions de masse. » 

    Malgré leur jeune âge, cette génération pèse tout de même 7.5% des dépenses mondiales des ménages. Du fait de cette tendance à ressortir les anciennes collections, les marques surfent sur le boom des 90. On voit le retour des oubliés du sportswear tels que Fila et Champion, ou encore Le Coq Français dans l’hexagone. D’autres marques comme Levi’s n’hésitent pas à reproduire les pièces nineties les plus célèbres, en précisant l’effort fait pour économiser un maximum d’eau lors de la fabrication.

  • Instagram, les influenceurs exploitent (trop ?) la tendance

    Le vrai côté « grunge / glam » qu’on veut bien retrouver est sur Insta : les fans des 90’s suivent sans hésiter @90s.babes,où on retrouve nos favorites Winona Ryder, Cameron Diaz ou autres Kate Moss, @80s_90s_00s ou encore @90s.era, véritable ôde aux débuts du R’n’B. 

    Au sujet des créateurs qui surfent sur la tendance, la reine du réseau Kim Kardashian arbore des pièces de @Helmut Lang ou @rafsimons et pousse un grand nombre d’influenceurs à faire de même. La française Lena Simonne entre autres, nous offre des photos tellement vintage qu’on les croirait d’époque. 

    Depuis c’est la déferlante de clichés qui, s’ils semblaient originaux et nous appelaient à la nostalgie hier, font finalement renaître l’uniformité sur le réseau préféré des jeunes. 

    I'll be there for you

    C’est aussi sur Insta qu’on retrouve quelques indices sur un potentiel retour de Friends, avec plusieurs récents clichés des actrices réunies… Alors, nimportnawak ou coup de pub ? On en sera certainement plus au courant de l’année. Friends est tout de même LA série qui aura marqué les années 90, et qui fut notamment l’une des premières à donner une place à la communauté LGBT sur le petit écran, mais aussi à parler de GPA, ce qui avait fait coulé beaucoup d’encre à l’époque. 

     
     
     
     
     
    Voir cette publication sur Instagram
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Happy 4th everyone! I’m lucky to be spending it with so many girls that I love ♥?

    Une publication partagée par Courteney Cox (@courteneycoxofficial) le

  • En attendant des nouvelles de Friends, les nostalgiques seront ravis de découvrir une série qui nous replonge dans notre adolescence avec “Everything Sucks” sur Netflix. On avait adoré l’ambiance des années 80 dans “Stranger Things”, mais preuve en est que les années 90 ont bien leur propre univers et qu’il est temps de le redécouvrir pleinement.

    Beaucoup d’entre nous sont aussi nostalgiques d’une forme d’humour non censurée avant l’an 2000 (peut-être pas assez ?) En tout cas, la liberté de parole était certainement plus admise et la bien-pensance n’avait finalement que peu de règles. Rien n’était lisse et on aimait ça. Une époque où la publicité s’en donnait à cœur joie en plaçant un bout de sein dès qu’elle le pouvait : et ça vendait !

  • Le 7 ème art des 90's toujours présent

    Du côté des films, le nombre de remake, reboot ou suite n’en finit plus. À croire qu’un film ayant fonctionné soit exploitable à l’infini ? C’est surement le cas, la recette est simple : prenez un gros succès, attendez 20 ans, remastérisez, et hop ! Jackpot assuré finger in ze noze ! Il n’y a qu'à voir Disney qui, rien qu’en 2019, nous aura sorti 3 films en remake : Dumbo, Aladdin, et bien évidemment, Le Roi Lion. D’autres longs métrages cultes des années 90 n’y ont pas échappé, entre Indiana Jones, Men in Black et Jurassic Park… la liste est très longue.

    Notre génération fut réellement marquée par le 7ème art et en fut influencée jusque dans nos assiettes. Notre préoccupation du bien-être animal fut réellement transformée à cette époque. On pense notamment à Sauvez Willy, qui aura contribué au boycott massif des parcs aquatiques. Mais aussi à l’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux qui démontrait avec beaucoup de finesse à quel point les animaux sont des être aussi intelligents que sensibles. 

    90’s ou la Mcdonaldisation

    Si on comptait déjà 1000 fast-foods en France en 1986, il faut attendre l’après-crise du début des nineties pour que la sauce prenne avec l’arrivée des menus économiques. En plein dans l’air de l’anglicisme et de l’américanisation, la malbouffe est tendance et on voit fleurir partout des Quicks, KFC, Burger King, etc. C’est également à ce moment là que naît le terme "MacDonaldisation" pour désigner l’uniformisation culturelle. 20 ans plus tard, le marché vegan et végétarien a augmenté de 12% en France, les français toutes tranche d’âge confondus se sentant très concerné par la qualité de leur alimentation tout en se souciant du bien-être animal, et l’industrie de la restauration en prend un sacré coup : Mcdonald’s enregistrait une baisse de 7,9% de chiffre d’affaire en 2018

  • Retro-Gaming, une plongée dans l’enfance des joueurs

    Pour terminer avec l’univers du gaming :  le très attendu Final Fantasy 7 a lui aussi son remake, avec une sortie prévue pour mars 2020. Un jeu qui a marqué beaucoup de gamer à la fin des nineties. Lors de sa sortie, la réédition de la Super Nintendo, console phare des années 1990, fut écoulée à 160 000 exemplaires dès le premier mois de vente dans l’Hexagone. Le retro-gaming a assurément encore un bel avenir devant lui. 

    C’est une évidence, les années 90 nous auront marqués, et sont constamment remises à l’ordre du jour. Même les bleus qui avaient fini champion du monde en 98 nous ont encore offert cette victoire 20 ans plus tard. Mais rassurons-nous, cette tendance au vintage évoluera pour chaque génération, et même si on prend un gros coup de vieux avec tous ces souvenirs remis au goût du jour, il faut avouer qu’on adore tous ça !

Liker sur Facebook :

Afficher les commentaires