Serait-il un peu trop « rétro » de garder en tête l’idée que certaines choses sont faites pour les femmes et d’autres sont faites pour les hommes ?
En théorie, non, tu vas me dire que nous sommes en 2019 et que ces idées-là sont révolues ! Bah pas tant que ça figure toi.

Pas plus tard qu’hier alors que je faisais mes courses, rien de plus banal, j’ai été étonnée de découvrir qu’il existe un dentifrice « pour elle » et un « pour lui ». J’étais complètement décontenancée ! Sachant qu’on est deux à l’utiliser : faudrait-il un dentifrice pour deux ou bien un pour moi et un pour monsieur ? D’ailleurs qu’y-a-t-il de plus ou de moins dans l’émail de monsieur qui justifierais un dentifrice rien que pour lui ? Et monsieur pourrait-il se servir du mien ? Mais toutes ces questions soulèvent un autre problème : Est-ce que notre salle de bain est assez grande pour accueillir 2 dentifrices ou faudrait-il pousser les murs ?

Et pendant que j’étais en route pour Ikea à la recherche d’un plus grand pot à brosse à dent, je me suis dit qu’on devrait vivre en coloc’ séparée avec tout ce qui est « pour lui » et tout ce qui est pour moi. On en serait à la limite de tracer une ligne rouge sur le sol pour séparer les biens de chacun.

  • Tout ça, c’est de la faute des années 90 ! Dès le début des années 90, les réclames séparent les univers garçons-filles. Est-ce que ça serait un peu « too much » d’espérer trouver des rayons mixtes qui ne se seraient pas connotés de rose et de bleu ? Quoi qu’il en soit de plus en plus de marques s’opposent à ces stéréotypes et proposent des alternatives nouvelles.

    Levez la main tous ceux qui ont déjà eu pour mission d’acheter un cadeau pour leur nièce ou leur neveu et qui se sont retrouvés coincé entre le rayon « jouet fille » et « jouet garçon » ? Qui se reconnaît ? Pourquoi les produits sont constamment classés par genre et peut-on les déclasser ? Alors qu’aujourd’hui, on se bat contre les préjugés et qu’on essaye de réguler la place sociale, certaines marques s’engagent à proposer des produits marchands pour tous, sans préjugés. 

    Pendant longtemps, les modes de consommation étaient vus comme binaires : rose ou bleu, fille ou garçon. Et cela dans tous les domaines, que ce soit dans la mode, la cosmétique, les jouets, etc. Suite aux attaques et aux dénonciations faites par le mouvement #Metoo, il semblerait qu’une prise de conscience générale soit apparue concernant l’égalité des genres à tout niveau. Depuis peu, nos grandes enseignes favorites se positionnent en faveur des droits de chacun et de l’égalité femme-homme. Petit zoom sur une révolution de genre en marche !

  • Qui fait quoi ?

    Heureusement, il existe des super-héros de tous les jours qui combattent le mal par le textile ! De plus en plus de marque se veulent unisexe comme Avnier co-créée par Orelsan. Lancée en collaboration avec le designer Sébastien Strappazzon, la marque de vêtements streetwear a vu sortir deux collections capsule depuis 2014. Le style est pensé pour être détourné en passant par des sweats au pantalon de jogging.

  • La mode a commencé à se révolutionner petit à petit avec l’apparition de vestiaire neutre sur les podiums des plus grands défilés, avant de voir apparaître la mode unisexe. C’est pour ça qu’on retrouve dans nos armoires à la fois des « Boyfriend jeans » et des smokings féminins. Même si l’engouement du « No Gender » a révolutionné notre façon de s’habiller, de son côté, le cosmétique n’a pas dit son dernier mot !

    Effectivement, si l’initiative « No Gender » révolutionne l’industrie cosmétique, les plus grandes marques proposent aujourd’hui des produits unisexes. C’est un véritable changement de mentalité qui est mis au goût du jour. Pour faire passer la pilule, les stratégies marketing ne manquent pas d’imagination. Aujourd’hui on ne parle plus d’hygiène comme quelque chose de féminin ou de masculin, non, on le qualifie comme un signe de bien-être qui concerne tous femmes ET hommes.

  • En 2019, la cosmétique fait face à des hommes qui prennent de plus en plus soin d’eux. Du coté marketing, on opte pour des packagings abordant des couleurs neutres et sans formes associées aux genres conformément à l’idée de la société. Finalement, les senteurs deviennent neutres et les emballages sont minimalistes. Au fur et à mesure, on dit au revoir aux dizaines de produits cosmétiques sur l’étagère de la salle de bain et on fait place à une petite sélection d’essentiels que monsieur et madame se partagent.

    Côté parfum, on retrouve Calvin Klein, Thierry Mugler, Guerlain et pleins d’autres encore qui se sont mis à la création de produits aux senteurs mixtes « à partager ». Le maquillage, quant à lui, longtemps considéré comme un sérum anti-virilité, élargit son public cible avec de nouvelles gammes unisexes. Il semblerait que la coquetterie s’invite aussi chez les hommes ! En 2017, la toute première marque de maquillage anglaise MMUK MAN lançait la première gamme réservée aux hommes composée de fond de teint, d’anticernes et d’eye-liner. Chanel a suivi le mouvement en lançant aussi sa propre gamme « Boy » réservée exclusivement aux besoins des hommes. La tendance « No Gender » ne semble pas s’arrêter là puisque Givenchy a elle aussi proposé en janvier dernier des produits de make-up pour madame et monsieur !

  • Et le mouvement féministe dans tout ça ?

    Quelques temps après #Metoo, le manque d’égalité femme-homme se dénonce de plus en plus et partout. Sur les réseaux sociaux certaines pages sont mêmes destinées à dénoncer tous les travers des ventes de produits commerciaux. C’est le cas de la page Pépite Sexiste sur Twitter qui met en avant tous les stéréotypes genrés présents dans la stratégie marketing des produits.

  • À tous ceux qui étaient à deux doigts d’offrir Harry Potter à leur fille/nièce/sœur, grosse erreur, reposez ça tout de suite et prenez donc « Chipie à tout prix », ça sera nettement plus adapté à une lecture féminine enfin !

    Dans une société qui tente de nous différencier en fonction de notre sexe, de nos habitudes de consommation, le concept même de genre met en place une relation hiérarchisée où le masculin est considéré comme supérieur au féminin. Bah tiens, manquait plus que ça

    Les associations Chienne de garde et Osez le Féministe ont lancé une campagne nommée « Marre du rose » en 2015 pour lutter contre les jouets sexistes. On connaît tous ces fameux rayons de jouets déclinés en deux catégories : les filles d’un côté et les garçons de l’autre. Ça n’échappe à personne ! Les filles ont le choix entre violet ou rose pour jouer à la dînette, aux barbies, enfiler une robe de princesse et faire le ménage avec sa panoplie complète digne d’une vraie housewife ! Tandis que les garçons, abordent des couleurs beaucoup plus énergiques comme le bleu victorien ! Eux, ils partent à la conquête du monde avec de beaux costumes de cosmonautes ou de guerriers vaillants !  Depuis certaines enseignes ont fait des efforts dans la présentation de leurs catalogues, sites internet et rayons.

    Que faut-il faire ?

    Il est important de prendre en compte la place et le rôle du foyer familial. C’est à nous de donner le bon exemple ! Et oui, c’est aussi aux membres de la famille de lutter contre tous les stéréotypes qu’on nous incombe. Pour commencer, il suffirait de se faire plaisir tout simplement ! N’écoute que toi, seulement toi et fais-toi un kiff en achetant tout ce qui te fait plaisir ! Go !

    Du côté des jouets, l’association Pépite Sexiste a préparé en 2018 un catalogue de jouet de Noël moins sexiste classant les enseignes selon leurs présentations dans les rayons et leurs catalogues. (Insérer le lien). Il faut savoir que jusqu’à l’âge de deux ans, les enfants sont naturellement attirés vers les mêmes jouets et les mêmes activités, et oui messieurs dames ! Alors, pour aider à notre petit niveau nous pouvons déjà privilégier les fabricants qui déclassent les genres et abandonnent les différenciations de code de couleur bleu et rose.

    Ainsi, nous pouvons offrir à nos petites frimousses un imaginaire égalitaire et sans stéréotypes sexistes. Que demande le peuple ?

    Alors dorénavant, on fait des économies et on achète qu’une seule trottinette pour toute la famille !

     

Liker sur Facebook :

Afficher les commentaires